En hiver où sont nos amis les insectes?


Le papillon qui butinait les fleurs du jardin, la belle libellule qui virevoltait au dessus de la mare, la guêpe invitée indésirable du BBQ ... ils ont tous disparu !

Publié le 11/01/15

Papillon

Le papillon qui butinait les fleurs du jardin, la belle libellule qui virevoltait au dessus de la mare, la guêpe invitée indésirable du BBQ ... ils ont tous disparu !

Que sont ils devenus ? Cette simple question mériterait une longue réponse, impossible à développer ici. Allons à l'essentiel !


Sous nos climats, la durée de vie moyenne des insectes, au stade adulte, est brève; elle est de quelques heures (cas des Ephémères) à quelques semaines pour  une bonne partie d'entre eux. Et la majorité des adultes meurent dès l'arrivée des premiers froids. Voyons rapidement quelques une des stratégies déployées par les insectes pour passer l'hiver et nous revenir à la belle saison.

Forme larvaire

Libellule déprimée

Il y a peu d'insectes qui passent la mauvaise saison sous la forme adulte. Beaucoup la passent sous forme d'oeuf, de larves, de chrysalides, formes qui sont plus favorables à la survie hivernale. Ils renaîtront à la belle saison, parfois après plusieurs années de vie larvaire (2 ans de vie aquatique pour la larve de la Libellule déprimée), quand la plante hôte ou les proies, seront de nouveau disponibles.

Migration

La migration n'est pas l'apanage des cigognes ou des hirondelles ! Elle concerne aussi des papillons bien de chez nous, comme le Vulcain (Vanessa atalanta) ou le Gamma (Autographa gamma).
Ils ne tentent pas de survivre à notre hiver,  mais choisissent de migrer vers le bassin méditerranéen. Ainsi le Vulcain revient vers la mi-mai (parfois plus tôt si les conditions météo
sont favorables), et la dernière génération estivale effectue la migration Nord-Sud au début de l'automne, en octobre.

Forme adulte

La troisième stratégie est de passer l'hiver bien au chaud, caché, en vivant au ralenti, sur les réserves accumulées durant l'été. Parmi ces insectes, citons, la Coccinelle à deux points (Adalia bipunctata), qui se  réfugie volontiers dans les tentures de nos maisons, ou encore le papillon appelé Petite tortue (Aglais urticae), que l'on peut rencontrer dans une cage de volets ou dans un abri de jardin. On peut même l'observer en vol par une journée  ensoleillée de février. Chez les bourdons ou les guêpes sociales, les futures reines, fécondées à l'automne, passent l'hiver sous terre. Dès le retour de la belle saison, elles fonderont de nouvelles colonies. Chez les Perce-Oreille, la plupart des mâles meurent à l'arrivée de l'hiver, alors que la femelle de l'année y survit.

Signalons, pour l'anecdote, que chez beaucoup d'insectes, la durée de vie des mâles est plus brève que celle des femelles. Dès que la reproduction a eu lieu ... les mâles deviennent inutiles ;-)

J.M.M.
Site de l'auteur

À propos de la pub

D'autres articles à lire

Découvrez toutes les nouveautés de la nouvelle version de SityTrail sortie le 6 mai 2019. 

Vous trouverez dans cet article les informations nécessaires pour bien démarrer avec la nouvelle version de SityTrail et y retrouver vo... 

Les beaux jours et les vacances sont là... Il n'y a pas meilleure occasion pour se dégourdir les jambes et partir à la découverte de so... 

Vous voulez savoir à quoi correspond la ligne rose sur votre carte IGN France, ou encore que signifient les points verts sur les cartes... 


Fermer
Mes abonnements

Fonds de plan